Les plus pauvres sont l’artère par laquelle il faut que le sang coule pour irriguer tout le corps. Si l’artère est obstruée, le corps tout entier meurt. Pour l’Eglise, c’est une question de vie ou de mort. Si la grâce passe par eux, tout est irrigué

Père Joseph Wrésinski — Parole de sages

Le sappel

actualités

Nuit d'adoration du 3 au 4 août

Ce mois-ci, nous prions à partir de d'une réflexion de Frédéric-Marie Le Méhauté, théologien franciscain engagé avec des personnes en situation de pauvreté.

A propos du texte des invités au festin (Mt 22,1) :

 

"Au coeur de l’absence et par la médiation de l’éthique, (de la relation), Matthieu nous invite à demeurer dans la vigilance à une présence.

Il nous invite à suivre nous-même le chemin que Jésus a emprunté, chemin d’abaissement, de solidarité jusqu’au bout...

Sur ce chemin, l’attention aux plus petits est le lieu concret de conversion du regard, lieu mystérieux de relation à Jésus.

Un regard converti n’est pas un regard qui rêve ou se berce d’illusion, mais un regard qui, au coeur de l’absence, sait continuer à marcher sur le chemin que Jésus nous montre, chemin à parcourir avec lui et à sa suite."

 

Frédéric-Marie Le Méhauté

Les messagers du festin, p 108

 

Dans la nuit, du jeudi au premier vendredi de chaque mois, nous vous invitons à prier une heure en communion les uns avec les autres. Nous contemplons le Christ à travers le visage de ceux auxquels iI a voulu s'identifier, pour dire l'amour immense du Père pour chacun d'entre nous, en cette nuit du Vendredi Saint, avant d'être entraîné vers sa Passion...
Chaque mois Dominique Paturle, diacre au sein du Sappel, nous propose une méditation pour cette nuit où nous sommes particulièrement au côté du Christ.

top